la nouvelle "Bibliothèque Nationale"

luxembourg kirchberg

2003

Projet de concours conçu par : michelpetitarchitecte, Luxembourg et SCHILLING ARCHITEKTEN, Köln

Préalable.

La construction de la bibliothèque nationale est un acte d'état fondamental ancré dans l'ambition nationale de créer des institutions culturelles à la hauteur du contexte européen de plus en plus présent au Grand-Duché de Luxembourg. La signification extérieure du bâtiment et la dimension des espaces intérieurs exigent un projet architectural original qui ne peut être soumis à des contingences fortuites. Il est incontournable de créer un nouveau bâtiment qui exprime sans compromis les ambitions culturelles de la nation luxembourgeoise.

Le concept d'intégration urbanistique.

Les questions urbanistiques sont les préalables à tout projet d'architecture. L'insertion du bâtiment dans le site est la première tâche de l'architecte et conditionne ensuite le développement du projet. Quatre principes ont guidé la conception du projet.

Principes généraux

La bibliothèque doit posséder une identité propre engendrée à la suite d'un processus d'analyse et de décision tenant compte des acquis du lieu. La bibliothèque veut instituer une relation univoque avec le bâti existant et créer un bord franc avec l'environnement naturel. Le volume nouveau doit donc être trapu dans son ensemble, rectiligne au contact de la philharmonie, modeste envers le musée et ouvert sur la nature. Le bâtiment est une plaque tournante en relation avec un environnement changeant mais attrayant aux quatre faces de l'immeuble.

Les alignements

La bibliothèque et la philharmonie, deux volumes juxtaposés, entrent en un dialogue immédiat qui évite les rapports de force. La bibliothèque cherche à amplifier les qualités urbanistiques et architecturales de la philharmonie. Voilà pourquoi elle est en retrait par rapport à l'alignement latéral prévu et ne dépasse pas l'alignement sur avenue du bâtiment voisin. Le volume nouveau s'aligne sur l'arrière avec la philharmonie afin d'ouvrir la perspective vers la vieille ville à partir de la place de l'Europe.

Le volume

Le bâtiment est d'apparence rectangulaire pour donner aux autres éléments construits la primauté des formes plus élaborées. Le volume nouveau est réduit en hauteur face au musée pour renforcer son importance dans la perspective de la vieille ville. Les découpes pratiquées dans le volume ouvrent le bâtiment vers la ville par des terrasses impressionnantes qui réduisent l'impact du volume sur son environnement.

Les places

La fenêtre entre la philharmonie et l'hôtel est amplifiée pour engendrer un rapport plus aisé avec le musée et la vieille ville. Le perron d'entrée devant la façade principale ancre le bâtiment sur l'artère d'accès au Kirchberg. Cette place horizontale revêtue des mêmes matériaux que la place de l'Europe est liée à celle-ci par un large escalier escamotant l'entrée de service latérale. Une suite de rampes et d'escaliers rejoint la rue située en contre bas. Le perron d'entrée est le point de départ d'une promenade culturelle qui passe à travers les expositions de la bibliothèque pour aboutir au musée d'art moderne.

Le concept architectural

Les principes d'architecture sont en relation intime avec les choix d'urbanisme arrêtés en premier lieu. Ils prolongent la conception urbanistique dans la direction fixée préalablement pour susciter l'unité de conception du projet.

Principes généraux

Les contraintes d'urbanisme provoquent un bâtiment rectangulaire orienté vers les quatre directions du site. La relation à l'avenue est aussi importante que celle à la place de l'Europe, que celle à la rampe ou celle à la vieille ville. L'accès se fait aussi bien à partir de l'avenue, qu'à partir de la place, qu'à partir du musée.

Les espaces

Les salles de consultations aménagées le long des quatre façades de la bibliothèque entrent en une relation multiple et équilibrée avec l'ensemble de l'environnement bâti et naturel. Les moyens mis en oeuvre pour créer les espaces intérieurs ou pour percer la peau extérieure sont similaires sans pour autant créer des solutions stéréotypées. Le bâtiment structuré sur le principe de l'hélicoïde empile les salles de consultation et les salles de stockage autour du noyau central. Depuis l'entrée au niveau de l'avenue jusqu'à la salle de lecture située au septième niveau s'étire une suite continue d'espaces non hiérarchisés. Chaque salle est aussi bien éclairée par une baie vitrée donnant une vue directe sur l'extérieur que par un éclairage indirect rasant le long d'un des murs de façade.

Les façades

La construction en colimaçon, l'orientation des salles de lecture le long des quatre façades, l'ouverture spectaculaire vers la ville sont autant de principes de structuration intérieure qui prennent corps dans l'expression des façades. Les ouvertures similaires mais toujours adaptées aux fonctions internes veillent à l'unité d'apparence en évitant une répétitivité sans signification. Les façades en béton vu sont transpercées de grandes ouvertures vitrées à double peau. L'interstice entre les deux vitrages sert à réduire les transmissions de bruit depuis la route et à abriter les pare-soleil verticaux. Les vitrages sont tenus par des éléments de menuiserie métallique anodisés gris qui au raccord des baies vitrées se transforment en revêtements de tôles de la façade. Les toitures plates sont traitées comme les façades en dalles de béton vu.

La construction

Le bâtiment est construit en béton vu tant pour sa structure portante que pour ses façades. Le noyau central et les quatre noyaux latéraux raidissent la structure et supportent les réseaux de fluides. Les piliers en béton disposés en une trame de 8 m supportent les dalles sans linteaux. Des locaux techniques en cave et au deux derniers étages reçoivent les équipements techniques nécessaires.