concours d'idées pour le centre de junglinster

junglinster

2008

Les implications de l’aménagement d’un quartier au centre de Junglinster dépassent de loin le simple cadre local. La situation géographique de Junglinster, située à égale distance de Luxembourg, Echternach, Grevenmacher et Mersch, lui attribue un rôle particulier dans le canton Est du Grand-Duché. Le poids économique et démographique de ce centre régional se développera si l’aménagement judicieux des infrastructures urbanistiques renforce l’identité de Junglinster. L’enjeu est vital pour une agglomération dont l’importance est croissante et la position par rapport à Luxembourg, principal pôle économique du pays, est excellente. En tout cas si Junglinster offre un cadre propice à l’habitat elle devra tout autant se soucier à développer un environnement du travail porteur et orienté vers l’avenir.

Si le contexte régional exige la revalorisation du centre de Junglinster d’autres raisons internes à l’agglomération imposent aussi un rééquilibrage du tissu urbain. Le projet de développement de la zone centrale est un travail de première importance dont l’enjeu est l’équilibrage du centre envers une périphérie en extension constante. Au-delà de la réflexion urbanistique la revalorisation du centre-ville s’inscrit aussi dans un contexte environnemental de développement durable, avec pour but d'arranger et d'équilibrer les besoins et les ressources.

Quelle que soit la taille ou la situation des agglomérations, la question de l'attractivité de leur centre préoccupe autant le citoyen que le politique ou les acteurs de la vie économique. Afin de réussir la mutation de leur cadre de vie tous les concernés doivent se retrouver en un processus ouvert et transparent sur lequel ils ont prise. Ce processus de longue haleine ne peut être envisagé sans inspirer confiance car il touchera des sujets essentiels tels que l’habitat, la circulation, l’équipement urbain, le commerce, les services, les espaces publics, l’histoire, l’identité et l’environnement.

La mutation visée est un développement à long terme touchant une grande variété de domaines de la vie publique qui se trouvent en interaction réciproque l’un par rapport à l’autre. Afin de mieux saisir les éléments assemblés il est raisonnable de considérer séparément chacun des thèmes suivants.

Susciter une cohérence urbaine par des espaces publics structurants.
Remettre l’équipement public au centre et concevoir une place centrale.
Aménager un jardin public et retrouver une liaison le long de l’Ernz Noire.
Concevoir un programme raisonné de logements.
Redéployer du commerce, de l'artisanat, de l’administratif selon besoin.
Réduire le trafic automobile individuel et créer des stationnements souterrains.


1 La cohérence urbaine

Le recentrage du tissu urbain sur un lieu à la croisée de la route de Luxembourg et de la rue de la Gare ne peut s’envisager avec succès que s’il y a déplacement d’une fonction publique essentielle vers ce point névralgique. L’hôtel de ville est de façon évidente la seule fonction communale qui puisse jouer ce rôle dans le tissu social et urbain de Junglinster. Cet engagement du pouvoir communal pour un service public fort annonce de façon univoque la hiérarchie des forces en présence. Les habitants de Junglinster mettent l’harmonie de leur vie citoyenne au cœur du projet tout en donnant au commerce un rôle précis au bord de celle-ci.

Par la reprise en main du centre et de la bande de territoire qui s’étend le long du ruisseau vers l’Est, l’agglomération trouvera une cohérence nouvelle pour les quartiers d’habitation jouxtant la place centrale. L’aménagement de cette place situe clairement le milieu autour duquel les quartiers peuvent se rassembler et le nouveau quartier d’habitat remplit un intervalle interne au tissu urbain au lieu de prolonger celui-ci vers la périphérie.

Les répercussions de l’aménagement de la zone soumise à concours ne se limitent pas à celle-ci mais elles engendrent la construction d’une cohérence globale qui suppose un paquet de mesures complémentaires dans les quartiers limitrophes d’abord et dans l’ensemble du village ensuite. Priorité devra être donnée à une croissance intérieure sur les terrains interstitiels disponibles au lieu d’une croissance tentaculaire extérieure.

Afin de donner à tous les acteurs l’opportunité de s’adapter à ces profondes modifications l’opération est scindée en plusieurs étapes qui seront réalisées successivement.

Le dégagement du ruisseau et l’aménagement du parc formeront l’étape préalable étant donné la croissance lente de la végétation mise en œuvre.

La première étape de construction concerne l’entité la plus au Sud du quartier d’habitation. La deuxième étape de construction englobe l’entité la plus au Nord du quartier d’habitation avec la place faisant le lien vers l’entité déjà réalisée.

La troisième phase ajoutera une activité productive au cœur de l’agglomération lors de la construction du centre administratif et commercial auquel s’ajoute la réalisation de l’arrêt pour autobus et le club des jeunes en tête du jardin public.

Pendant la réalisation de ces étapes le contournement devra être mis en place et le déménagement de la station à essence aura été achevé. La mutation du centre de l’agglomération sera achevée par la construction de la nouvelle mairie et l’aménagement de la place.

Le pâté de maisons occupé entre autres par la Caisse Raiffeisen sera complété par deux immeubles à construire sur la limite de propriété du domaine public. Ces bâtiments offriront des surfaces de commerce au rez-de-chaussée et des surfaces pour services aux étages, ou au besoin pour l’immeuble ne donnant pas sur la place des surfaces pour l’habitat.


2 La place centrale

Le processus de création de la place de l’Hôtel de Ville s’étendra sur une longue période de temps qui sera mise à profit pour susciter le consensus nécessaire des citoyens concernés et ménager toutes les sensibilités politiques et économiques. L’aménagement de la place est porteur d’une symbolique forte renforçant l’identité de Junglinster et représentant l’aboutissement du processus de transformation.

Cet aménagement constitue l'événement majeur du projet car il donne l’occasion de remettre le citoyen au cœur de l’agglomération et de faire graviter les fonctions accessoires autour. La place est le premier espace public du village défini par les façades anciennes de la route de Luxembourg, de la caisse Raiffeisen et les façades nouvelles de la mairie avec son préau. La gare d’autobus se situe dans l’espace entre le préau et le centre commercial et administratif tandis que les voitures sont reléguées dans un parking souterrain accessible depuis la rue de la Gare. Les emplacements pour le stationnement de courte durée sont repoussés vers la rue de la Gare.

Dans l’alignement de l’Ernz Noire un bassin d’eau entouré d’arbres anime la place depuis la route de Luxembourg jusqu'au préau. Les aménagements autour de ce bassin naturel créeront une ambiance chaleureuse, emprunte de l'esprit nouveau du projet. La limite vers la route de Luxembourg devra être définie avec soin afin d’inclure au projet les maisons qui la bordent. La circulation automobile ne touche que tangentiellement la place le long de la route de Luxembourg et derrière le préau. Il s'agit de créer à ces endroits des plateaux mixtes où, la vitesse sera limitée à trente km/h, et où véhicules et piétons circuleront côte à côte de façon harmonieuse et sécurisée.

La gare pour autobus est limitée dans son envergure mais toutes les destinations seront disponibles à partir du même quai disposé sous le grand auvent. Cette plateforme connecte tous les moyens de circulation, qu’il s’agisse du réseau régional des CFL, d’un éventuel bus urbain reliant les quartiers de Junglinster et le nouveau Park & Ride, qu’il s’agisse du parking souterrain ou de la connexion à réaliser vers les pistes cyclables.

Les fonctions administratives de l’hôtel de ville se situent aux étages tandis que les fonctions communales d’accueil se situent au rez-de-chaussée. Le bâtiment offrira aux usagers sous un même toit l’occasion de remplir toutes les tâches administratives communales et étatiques éventuelles. Cette offre de services devrait être complétée par une médiathèque qui serait un pendant public au bâtiment administratif dédié aux métiers de la communication. Parallèlement aux surfaces dédiées à l’administration au niveau de la place une grande partie du bâtiment sera occupée par une brasserie qui s’ouvrira sur la place par une large terrasse. La brasserie aura évidemment une grande autonomie de fonctionnement par rapport à la fonction administrative mais contribuera de façon essentielle à l’animation de la place publique.


3 Le jardin public

Dans la suite des espaces publics qui s’articulent depuis la place centrale le jardin entre l’Ernz Noire et la rue Hiel joue à la fois un rôle clé de limite entre quartiers et aussi de lieu de rencontre naturel et convivial. Au niveau du village il s’inscrit dans l’ensemble des espaces qu’il faut développer au contact du cours d’eau qui traverse Junglinster. Une promenade destinée aux piétons et cycliste unira ces espaces pour leur faire découvrir au gré des méandres du ruisseau une agglomération pleine de charme. Cette intervention donnera au tissu urbain une nouvelle lisibilité qui participe à l’effort plus général de rehausser la qualité des espaces publics de toute l’agglomération.

Les espaces verts constituent le fil rouge d’une qualité de vie qui se développe à l’abri de la pollution automobile et des nuisances liées à la circulation. La mise en œuvre dès le démarrage du processus de mutation est essentielle pour rendre celle-ci tangible et emporter l’adhésion des citoyens. Ainsi le milieu naturel qui met un certain temps à se développer sera prêt à l’achèvement de la dernière phase de l’opération. Le jardin pourra être équipé en œuvres d’art et en son point le plus large il pourra accueillir un équipement communal supplémentaire comme un kiosque à musique ou le club des jeunes.


4 Les logements.

Pour que le centre ville ne joue jamais un rôle de simple plaque tournante et de passage il faut éviter tout déficit de logements ou appauvrissement du cadre de vie par un excès de locaux commerciaux. S’il est évident que la zone au contact du croisement des grandes routes est propice aux fonctions administratives et commerciales, il va de soi que la partie du terrain au contact du ruisseau a les qualités requises pour un habitat densifié peu gourmand en terrain.

Les logements disposés entre le ruisseau et la rue de la Gare proposent des unités d’habitation diversifiées par leur dimension, leur situation et leur genre mais toujours à basse consommation d’énergie. Les logements sont disposés en deux bandes parallèles, divisées en quatre sections regroupées deux par deux. Les logements collectifs longent la rue de la Gare tandis que les maisons familiales donnent sur une rue interne ne servant qu’à un trafic très occasionnel. Sous les logements des entités de parking souterrain collectif sont disposées afin de libérer en surfaces les espaces nécessaires à une vie de quartier sécurisée.

Les logements collectifs répartis sur trois étages sont disposés sur le parking souterrain à 150 cm au-dessus de la route pour offrir même au rez-de-chaussée des appartements de qualité avec jardin antérieur et grande terrasse postérieure. Le dernier étage disposé en retrait offre à ces appartements des terrasses avec vue au-delà des maisons individuelles.

Les maisons familiales, avec accès individuel direct vers le parking souterrain, s’étendent sur deux étages et sont entourées d’un jardin antérieur sur la voie d’accès et un jardin postérieur sur le ruisseau. L’accès en surface en voiture est possible mais occasionnel, en règle générale les voitures sont garées au souterrain pour garantir un habitat dense mais avec des espaces publics de qualité. Au Nord et au Sud la zone de l’habitat est équipée de parkings ouverts destinés aux visiteurs temporaires.

Les voitures n’ont accès qu’aux emplacements de stationnement sans générer aucune gène pour les piétons qui se déplacent librement dans un réseau de chemins lié à la place principale. Le quartier dispose de deux aires de jeu de proximité évitant aux enfants des déplacements hors de la surveillance des parents.


5 Le commerce, l’artisanat et l’administratif

Le bâtiment avec cour jouxtant le nouvel hôtel de ville doit avoir un thème qui lui assure un développement particulier et qui lui permette de se singulariser par rapport aux autres centres d’attraction régionaux.

Ce bâtiment pourrait donc servir d’incubateur pour jeunes entreprises qui ont besoin d’une surface au niveau de la voie publique en combinaison avec des bureaux à l’étage. On pourrait imaginer un centre pour entreprises du secteur de la communication qui rassemble des concepteurs graphiques et des agences de communication. L’immeuble offrirait des espaces de travail des espaces d’exposition et de communication et des infrastructures techniques à partager. Autour de ce noyau pourraient graviter de petits commerces innovateurs qui seraient complémentaires aussi par rapport à la grande surface de la Langwiss.

Le bâtiment par sa structure offre des potentialités d’exploitation multiples soit à des créateurs intellectuels soit à un artisanat innovateur ayant besoin de surface atelier en combinaison avec des surfaces administratives. Les accès en automobile sont faciles par le parking souterrain, et au rez-de-chaussée les piétons trouvent les situations de contact les plus variées soit sur le pourtour du bâtiment soit en sa cour intérieure. Aux étages se situeront des surfaces de bureaux complémentaires des surfaces accessibles au public. L’accès par les transports publics ou par voiture individuelle offre à cet immeuble une accessibilité unique et diversifiée.


6 Le trafic et le stationnement

Le contournement de Junglinster et le parking Park & Ride qui en fait partie intégrante réduiront de façon spectaculaire le trafic à l’intérieur du village. A hauteur de la place le trafic est ralenti pour donner priorité à une juxtaposition des trafics automobiles et piétonniers. Sous l’auvent un quai de bus unique est emprunté par les bus CFL et un éventuel city bus desservant les quartiers du village ou le Park & Ride. Afin de se présenter toujours dans la bonne direction et afin d’éviter tout croisement entre bus et piétons la section de la rue Hiel rejoignant directement la route de Luxembourg est ouverte pour permettre aux autobus uniquement de tourner une ronde en fonction de leur destination.

Les parkings de la place centrale et des logements, accessibles depuis la route de la Gare, sont disposés sous terre afin de libérer la place nécessaire à une vie quotidienne décontractée et exempte des dangers inhérents à la circulation automobile.

A partir de la place s’étend à travers le jardin public et le quartier résidentiel un réseau de voies réservées aux piétons. Ces voies s’inscrivent dans un réseau global de circulation lente à concevoir pour l’ensemble de l’agglomération.